Création 2005 – Installation audiovisuelle multimédia – Durée : 50mn en boucle

Lieu de la création : le 12 décembre 2005 – Hôpital Pierre Janet – Le Havre

mobile05.jpg mobile04.jpg mobile03.jpg mobile02.jpg mobile01.jpg

Représentations :
• Du 6 au 23 mars 2007 – Festival Tendances – Carré des Jalles – Saint-Médard-en-Jalles
• Du 19 au 23 février 2007 – Lycée Vallée du Cailly – Déville Lès Rouen
• Du 7 au 15 novembre 2006 – Espace Culturel F. Mitterand – Canteleu
• Du 9 au 13 août 2006 – Les Z’estivals – Musée A. Malraux – Le Havre
• Du 13 au 20 mai 2006 – Festival Météores – Le Volcan – Le Havre
• Du 12 au 16 décembre 2005 – Salle des fêtes Hôpital Janet – Le Havre

Production : Arts’Fusion
Coproduction : Le CCN du Havre Haute-Normandie H. Robbe dans le cadre de l’accueil studio.
Subventionné par : Le Ministère de la Culture et de la Communication DRAC de Haute-Normandie (aide à la compagnie chorégraphique), et au titre du DICREAM (dispositif pour la création artistique multimédia),
la Région Haute-Normandie, le Département de Seine-Maritime, la Ville du Havre.
Soutien : Le Volcan Scène Nationale Le Havre pour la réalisation du décor.

Conception et Réalisation : Virginie Mirbeau / Ollivier Leboucher
Chorégraphie : Virginie Mirbeau / Scénographie : Ollivier Leboucher
Interprètes : Smaïn Boucetta – Romain Cappello – Caroline Cybula – Françoise Grolet – Virginie Mirbeau.
Assistante Artistique : Françoise Grolet
Création Multimédia : Laurent La Torpille / Création Sonore : Olivier Renouf
Opérateur Vidéo : Harold Vasselin / Modélisation : Nicolas Leprêtre

L’installation MOBILé propose un croisement des genres : au sein d’un dispositif interdisciplinaire (danse, arts plastiques, multimédia), cette pièce audiovisuelle met en scène un récit aux multiples facettes sur les relations concrètes et fantasmées que nous entretenons avec le temps et avec l’espace, axe de réflexion sur notre rapport au monde, à l’autre, à nous-même.
Le processus de création a consisté dans un premier temps à construire un récit à la suite d’interviews réalisées auprès de personnes de tous âges, y compris auprès des patients du secteur psychiatrique de l’Hôpital Janet au Havre.
Dans cet ensemble d’identités particulières, la différence crée une dynamique d’enrichissement et d’élargissement du récit, nous nous sommes donc attachés à récolter la singularité des histoires pour constituer les scénarios audios.
Cette «matière première» d’interview nous a permis de composer des scénarios chorégraphiques qui apparaissent à l’image, transformés selon des procédés d’incrustations (insertion de paysage réels et virtuels, de déformations, de superpositions d’images, etc…).
Quelles soient sonores, visuelles ou chorégraphiques, ces existences aux typographies changeantes nous renvoient à nos propres constructions émotionnelles.
Pensée comme un objet artistique représentatif d’une certaine universalité, l’installation MOBILé fonctionne auprés du public sur le mode de l’appropriation par l’identification.
En entrant dans l’espace circulaire de l’installation, à la fois spectateur et acteur, le public accède à un environnement perceptif et réactif : une stèle verticale présente dans l’espace est l’élément plastique de l’interface avec le public. Equipée de capteurs sensoriels, elle représente la silhouette d’un corps humain qui révèle des zones tactiles sensibles.
Les visiteurs, par simple contact sur ces zones, déclenchent l’apparition des différentes séquences audiovisuelles qui sont projetées sur la surface d’un écran concave.
Ainsi de façon ludique, perceptive et inventive, chaque personne a accès à l’œuvre en agissant elle-même sur l’objet ou simplement en observant l’action des autres participants dans l’espace commun et partagé de l’événement.
L’espace circulaire de MOBILé est constitué de miroirs qui réflechissent, confondent et fragmentent à l’infini les présences réelles et virtuelles des corps dans l’espace. Ainsi dans son reflet chacun peut entrevoir l’autre…

Titre à double sens, MOBILé révèle une certaine forme de dualité humaine située entre principe et perspective, causalité et désir de changement.
Cette création audiovisuelle s’accompagnera d’une pièce chorégraphique en 2006 qui s’intitulera Should I stay or… et qui en sera son prolongement.
Virginie Mirbeau