Création 2006 – Pièce chorégraphique pour 4 danseurs.

Lieu de la création : le 13 et 14 décembre 2006 – Le Volcan Scène Nationale – Le Havre

shouldistay031.jpg shouldistay021.jpg shouldistay011.jpg

Représentations :
• Juillet 2007 – L’Été des Hivernales – Avignon

Production : Arts’Fusion
Subventionné par : Le Ministère de la Culture et de la Communication DRAC de Haute-Normandie (aide à la compagnie chorégraphique), la Région Haute-Normandie, le Département de Seine-Maritime, la Ville du Havre, l’ADAMI gère les droits des artistes-interprètes (comédiens, chanteurs, musiciens, chefs d’orchestre, danseurs, …) et consacre une partie des droits perçus à l’aide à la création, à la diffusion et à la formation.
Soutien : Le Volcan Scène Nationale Le Havre.

Durée : 60 minutes
Conception et Chorégraphie : Virginie Mirbeau / Scénographie : Ollivier Leboucher
Interprètes : Caroline Cybula – Pep Garrigues – Claire Laureau – Edouard Pelleray
Lumières : Dominique Mabileau / Musique : Laurent La Torpille

“J’ai eu 40 ans… Qu’est-ce qu’on peut dire ? Je suis à la moitié de ma vie !!! Mais ma vie, elle a commencé quand ? Quand j’avais 15-16 ans, c’est-à-dire à l’époque où je commence à bien me souvenir… donc il y a 15 ans en fait ! Finalement, j’suis pas à la moitié de ma vie, j’en suis qu’au tiers, c’est rassurant !” (extrait de MOBILé)

Dans Should I stay or…, nous semons quelques graines résiduelles des récits de l’installation MOBILé, création 2005, en abordant un travail sur des personnages porteurs d’identités qui nous ont émus, bousculés, amusés… dans les entretiens de MOBILé.

De ces récits, liés entre autre à la question de l’avenir et du choix, nous retenons le caractère violent des sentiments.
La traduction de ces états est un traitement chorégraphique à partir des humeurs, telles que l’indécision, l’insoumission, la colère, ou comme alternative, le jeu, l’autodérision et l’amour.

Sous la forme d’une déclaration et en réponse à l’inertie d’une société actuelle qui s’ennuie, la pièce Should I stay or… plante alors le décor dans l’univers musical rock punk de la fin des années 70. En effet, dans ce contexte, incarner l’événement chorégraphique nous permet d’emprunter à une jeunesse contestataire et débridée, des expressions et des attitudes d’une insolente vitalité.
Virginie Mirbeau